18 décembre 2017

 

LORS D'UNE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ROCAMBOLESQUE ET À LA LIMITE DE LA LÉGALITÉ

REFUS DE LA CANDIDATURE DE LAVAL PAR

LE MOUVEMENT NATIONAL DES QUÉBÉCOISES ET QUÉBÉCOIS

Le 16 décembre dernier, lors de l'assemblée générale du Mouvement National des Québécoises et Québécois (MNQ) qui se tenait à Joliette, la Société nationale du Québec à Laval s'est vue refusé son admission au sein de l'organisme. C'était le deuxième refus en autant de tentatives depuis 2016. Voici quelques rappels.

  • Laval est une île, une ville, une MRC, et une région (région administrative 13) selon le gouvernement du Québec;

  • Laval est le 3ème centre urbain d'importance au Québec, après les villes de Montréal et Québec: population de plus de 435 000 h.;

  • C'est Laval qui accueille la plus forte proportion d'immigrants au Québec, toutes régions confondues;

  • Laval est représentée au sein du MNQ par une «section Laval» de la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) de Montréal, selon une subdivision datant du XIXe siècle s'appuyant sur la structure religieuse où Laval fait partie du diocèse de Montréal depuis le 13 mai 1836 - La «section Laval» de la SSJB de Montréal n'a rien organisé à Laval depuis la fondation de la ville (plus de 50 ans);

  • La «section Laval» de la SSJB de Montréal n'est pas incorporée, donc ne peut recevoir de budget du MNQ (entre autre pour l'organisation de la Fête nationale). Elle est relativement peu active depuis plusieurs années;

  • La Société nationale du Québec à Laval fut incorporée en 2016;

  • La grande majorité des membres du conseil de la SNQ Laval font aussi partie du Comité de direction de la Fête nationale de Laval, fête régionale qui se tient au Centre de la Nature. Ville de Laval s'occupe actuellement de l'organisation du spectacle de soirée de la Fête nationale;

  • Parmi ses actions, réalisées ou en cours, la SNQ Laval compte:

    • La Fête des Patriotes 2017

    • La participation à la Fête nationale du Québec à Laval;

    • La manifestation soulignant le 40e anniversaire de la loi 101 (27 août 2017);

    • L'organisation du 70e anniversaire du Drapeau du Québec (21 janvier 2018);

    • L'organisation du Salon du Drone de Laval (août 2018).


Le rejet de la candidature de la SNQ Laval lors de l'assemblée générale du MNQ le 16 décembre dernier s'est déroulée de manière très irrégulière, bien que la demande répondait en tous points aux règlements du MNQ relativement aux critères d'admission adoptés en février 2016, règlements en vigueur au moment de notre dépôt. C'était un deuxième rejet de notre candidature, préalablement rejetée par le conseil d'administration du MNQ à la fin 2016, soi-disant parce que notre société était insuffisamment préparée, et, encore une fois, sans autre explication.

 

Ce 16 décembre, à 14h00, nous avons été invités à présenter notre candidature, ce que nous avons fait. Puis immédiatement après, sans débat ni vote bien qu'une proposition dûment appuyée avait cours, on procéda à la "réplique de Montréal", à huis clos... huis clos que ne reconnaît pas le Code Morin, procédure pourtant retenue pour cette assemblée selon les mots même prononcés en ouverture par son président, Me Corriveau. La délégation de Laval fut donc priée de sortir de la salle d'assemblée.

 

Un peu plus tard, après la présentation de la demande de Thetford Mines, et toujours sans débat ni vote sur notre proposition, un second huis clos fut appelé, encore une fois au mépris de la procédure. Ces irrégularités ont eu, entre autres effets, celui de nous priver de notre droit de parole, de réplique et d'explication. Nous avons alors choisi de quitter cette rocambolesque assemblée.

 

Devant ces faits, nous vous informons que la Société nationale du Québec à Laval a choisi de ne pas rechercher davantage la reconnaissance du MNQ, et de poursuivre et d'intensifier ses activités de manière autonome.

 

Si le MNQ ou d'autres SNQ du Québec souhaitent collaborer avec nous, sachez que nous recevrons ces offres avec bienveillance, dans l'esprit d'un nationalisme que nous souhaitons des plus accueillants. Nous demeurons ouverts au dialogue, dans la mesure où celui-ci sera constructif et saura aller plus loin que les plates apologies quant au traitement injustifié, voire illégal, que la SNQL a vécue lors de l'AGA du MNQ ce samedi 16 décembre 2017.